La déontologie du coaching est définie selon Jacques-Antoine Malarewicz comme étant «l’ensemble des règles de fonctionnement qu’une profession se donne à elle-même, pour tenter de résoudre tout ou partie des problèmes éthiques que peuvent rencontrer ses membres. »

DEONTOLOGIE PERSONNELLE

•  Confidentialité absolue quant au contenu des entretiens.
•  Respect de la différence, des choix et des intérêts de la personne ou du groupe de personnes.
•  Compétence de la coach.
•  Autonomie du client.
•  Supervision de la coach par un coach « sénior ».
•  Indépendance de la coach, par rapport à l’entreprise qui l’emploie.
•  Interdiction de tout abus d’influence.
•  Respect des devoirs de la coach vis à vis de la personne ou de l’équipe qu’elle accompagne (cf. Ethique personnelle).
• Respect des devoirs de la personne ou du groupe de personnes vis à vis de la coach…

La coach s’engage également à :

• Etablir avec l’interlocuteur responsable, un contrat précisant ce que la personne accompagnée (ou le groupe) souhaite atteindre ainsi que le cadre d’intervention de la coach.

• Considérer la personne (ou le groupe de personnes) auprès de laquelle se fait l’intervention, comme faisant partie d’un système global (entreprise ou institution) et effectuer l’accompagnement des personnes ou du groupe, dans l’intérêt de l’ensemble du système. Utiliser l’ensemble de son expérience et de ses compétences professionnelles en fonction des problématiques exposées.

• Informer la personne ou l’équipe lorsque des problèmes sortent du champs de ses compétences et recommander le cas échéant le recours à d’autres professionnels (cf. Contre-indications au coaching).

• Refuser d’aider la personne ou l’équipe à agir en dehors du cadre de la loi française ou si l’intervention n’assure pas le respect des personnes…

 

 

Ce site m’intéresse, continuer >>

 

 

"